Temple Neuf, MetzLe circuit que je vous propose de découvrir aujourd’hui en Lorraine passe par les villes de Verdun, de Metz et de Nancy. En deux jours, il permet de découvrir les principaux sites d’intérêt qu’elles abritent.

Jour 1 : arrêt à Verdun

Premier jour de route, direction Metz, à environ 330 kilomètres de Paris. Après plus ou moins 2h30 de route, un panneau indique Verdun. Ni une ni deux, on fonce. Impossible de passer à côté de Verdun sans aller voir les monuments commémorant l’une des batailles les plus connues de l’Histoire, et LA plus connue de la Guerre de 14-18. Je rappelle qu’à partir de 1916, 2 millions d’obus ont été tirés dans un rayon de 10 kilomètres autour de Verdun, détruisant au passage 8 villages dont il ne reste presque plus rien. Aujourd’hui, les visiteurs peuvent quand même découvrir les quelques ruines qui subsistent et certains sites réaménagés, ayant servi de cadre à cette lutte acharnée.

Citadelle souterraine de Verdun : construite par Vauban au 16e siècle, elle fut utilisée par la France durant la Première Guerre Mondiale comme base logistique de premier plan face à l’envahisseur Allemand. Citadelle souterraine de VerdunAux heures les plus sombres, la Citadelle  souterraine a accueilli jusqu’à 6000 soldats, dans 7 kilomètres de galeries. On y trouvait à l’époque une boulangerie, des cantines, un centre de courrier, un hôpital, des petits magasins d’obus, etc. La visite de la citadelle souterraine dure environ 30 minutes, et se fait à bord de petits wagonnets. Bon à savoir : prévoyez une petite laine, surtout si vous y allez l’été, car la température à l’intérieur ne dépasse pas les 7 degrés.

Ossuraire de Douamont, VerdunOssuaire de Douaumont : il s’agit d’une nécropole dont la construction a débuté en 1920, et s’est achevée en 1932, soit seulement 7 ans avant le début d’une autre grande bataille… Elle abrite les ossements de plus de 130 000 soldats non identifiés, de nationalités diverses, y compris des Allemands. A ses pieds se trouve un cimetière dans lequel reposent plus de 16 000 soldats Français identifiés, dont certains musulmans (leurs tombes sont orientées vers la Mecque), et juifs. En repartant de l’ossuaire, on peut distinguer sur la droite un monument dédié aux soldats juifs tombés à Verdun.

Après cette visite, départ pour Metz, et arrivée de nuit, sous la pluie (qui ne nous quittera presque plus…). Petit tour par la place Saint-Louis et son marché de Noël, assez sympathique, mais qu’on ne peut comparer aux marchés de Noël allemands comme ceux d’Aix-la-Chapelle.

Jour 2 : découverte de Metz et Nancy

Visite de Metz

On n’a pas froid aux yeux, malgré la pluie, on part en vadrouille à pied dès 9h30.

Cathédrale de Metz

La Cathédrale de Metz : construite en grande partie entre 1220 et 1522, la Cathédrale Saint-Etienne de Metz n’a cessé d’être réaménagée jusqu’au 20e siècle. Très connue pour ses vitraux (on y trouve des oeuvres de Marc Chagall notamment), la Cathédrale de Metz peut se vanter d’avoir la surface de vitraux la plus grande de France avec 6500 mètres carrés environ. La hauteur de la nef centrale de 42 mètres en fait la 3eme plus haute de France.

Le Temple Neuf : en redescendant vers la Moselle, rivière qui coupe la ville en deux, on tombe sur le Temple Neuf. Temple Neuf, MetzCette église protestante, superbe dans son style néoroman, a été construite vers 1900 pendant l’annexion de la ville à l’Allemagne. Plantée sur les bords de la Moselle, elle est vraiment magnifique et fait presque penser à un petit château médiéval.

On continue notre visite dans la ville, à la découverte de la Chapelle des Templiers, du Quartier Impérial, de la Poste et de la Gare, ces dernières ayant été construites au début du 20e siècle, tout comme le Temple Neuf, dans un style néoroman et aujourd’hui classées Monuments Historiques.

On termine la visite de Metz par le Centre Pompidou, qui est aujourd’hui (fin 2013) le musée le plus visité de France après ceux de Paris (2 millions de visiteurs y ont « transité »). Ensuite, on monte dans une navette Arteo pour retourner vers la Cathédrale, récupérer la voiture, et repartir pour un après-midi nancéien !

Visite de Nancy

Après avoir déjeuné dans un petit restaurant lorrain à Nancy (assez bon mais sans plus), direction la célèbre Place Stanislas.

On longe le Palais Ducal de Nancy, aujourd’hui musée. Détruit par un incendie en 1871, il ne reste presque plus rien de la bâtisse d’origine, mais il est n’en est pas moins très impressionnant. Son toit est assez surprenant puisqu’il est orné d’une fine ferronnerie bleue et or, qui ressemble à s’y méprendre à une dentelle posée en équilibre. Place Stanislas

La Place Stanislas : construite à la demande du duc de Lorraine Stanislas Leszczyński, elle permettait de rejoindre au 18e siècle deux quartiers indépendants de Nancy. On peut y entrer par plusieurs portes, la plus  impressionnante selon moi étant la Porte Héré, une très belle arche surmontée de sculptures représentant la Guerre et la Paix.Arc Héré, Porte Héré

Dans deux coins opposés de la Place Stanislas, on retrouve des fontaines surmontées de ferronneries et qui font aussi office de portes : la première en l’honneur de Neptune, la deuxième d’Amphitrite. Au centre de la place trône la statue de Stanislas Leszczyński, ayant remplacé celle de Louis XVdétruite durant la Révolution. La Place est impressionnante mais pas gigantesque. Elle a été restaurée et les façades sont aujourd’hui propres, révélant toute la beauté des détails ornementaux. On y trouve l’Opéra, l’Hôtel de Ville, le Musée des Beaux Arts, le Pavillon Jacquet, le Grand Hôtel (malheureusement pas testé…).

Porte de la CraffeAprès un parcours dans la ville (et toujours sous la pluie, ndlr) on termine notre visite par la Porte de la Craffe, la plus ancienne porte de Nancy (qui en compte neuf).

Mes quelques regrets : premièrement, j’aurais voulu découvrir les Remparts de Metz, avec la Porte des Allemands, qui je pense valent le détour. Malheureusement faute de temps, nous n’avons pas pu (ce sera pour la prochaine fois) ! Deuxièmement, le temps, qui n’a pas été de la partie. Visiter une ville le parapluie au-dessus de la tête, ce n’est franchement pas l’idéal, même si on fini par s’y habituer.

Infos pratiques sur ce weekend Lorrain

Nous avons dormi à l’hôtel Ibis Cathédrale à Metz. Prestations très correctes, même si les sols des chambres et salles de bains mériteraient d’être refaits, car ils commencent à dater. Préférez si vous le pouvez les chambres avec chiffres pairs, qui donnent sur la rivière Seille (et non pas sur la rue comme les chambres impaires). Un gros PLUS pour l’accueil adorable, malgré l’affluence.

Nourriture : alors là, je n’ai été transcendée par aucun des restaurants testés, ni à Metz, ni à Nancy. C’était bon sans plus. Premier dîner à Metz dans un pub sous les arcades de la Place Saint-Louis, relativement bon. Le deuxième soir, dîner à l’hôtel – avec les trombes d’eau et la fatigue accumulée, on n’a pas eu le courage de retourner au centre-ville pour le dîner. A Nancy, déjeuner à la Table Gourmande. Bof bof, mais peu onéreux (menu à 14 euros avec entrée, plat et dessert). En revanche attention arnaque au pichet de vin (tiens, une idée de sujet pour Bernard de la Villardière?) : 18 euros pour un pichet de 0,5, je trouve ça carrément excessif. Me demande même pourquoi on l’a pris… La pluie avait sans doute imbibé nos cerveaux…

 

3 thoughts on “Week-end en Lorraine : Verdun, Metz, Nancy”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.