voyage 19e siecleAujourd’hui en un claquement de doigts, on peut réserver son avion et partir à l’autre bout du monde. Mais il y plus de 100 ans, comment faisaient les gens ? A part d’être un sacré bordel, le tourisme aux 19e et 20e siècles, c’était comment au juste ?

Les voyageurs à travers les 19e et 20e siècles

Voyager au 19e siècle

voyage 19e siecleAu milieu du 18e, le voyage était un véritable rite initiatique pour les jeunes hommes de bonne famille, qui devaient parcourir l’Europe durant ce qu’on appelait le « Grand Tour« . Et pour vous la faire courte, au 19e, c’était la même : on voyageait avec classe ou on ne voyageait pas. La plupart des gens n’avaient ni les moyens ni le temps de partir à l’aventure. Et les plus pauvres ne pouvaient compter que sur leurs jambes pour les porter.

Les infrastructures étaient quasi-inexistantes et les routes très dangereuses (mal éclairées, attaques fréquentes contre les diligences, etc.) voyager 19e siecleA cette époque, un trajet New-York/Boston nécessitait de 4 à 6 jours de cheval – donc autant dire qu’il fallait avoir une (très) bonne raison de le faire.

19e siecle, voyageVers la fin du 19e siècle, le train change la donne et facilite les déplacements, qui deviennent beaucoup plus rapides. Les stations balnéaires poussent comme des champignons. En France, Nice devient l’une des principales destinations touristiques du Sud. Dans le Nord, c’est Deauville qui commence à attirer les vacanciers. On va au bord de l’océan ou de la mer pour prendre l’air et des bains de soleil… bref, on commence à profiter des petits plaisirs de la vie.

Voyager au 20e siècle

muddyAu 20e siècle vint la modernité, avec les tous premiers modèles de véhicules motorisés « grand public » – la Ford T fut produite en grande série dès 1908  – et surtout les premiers congés payés (en 1936, merci Léon). Ah, l’industrialisation… Bon, pour ce qui est des infrastructures, elles n’étaient pas toujours au top, mais on sentait qu’il y avait du potentiel. Ça ne se voit pas comme ça, mais même le chauffeur là, cramponné à son volant, il y croyait.

accident voiture 19e siecleLe conducteur de cette autre voiture peut-être était-il plus dubitatif, mais les progrès étaient sensibles ! En ville, on commençait doucement à aménager les routes (pavage, éclairage, etc.).

voyager 20e

Preuve de ces progrès, le développement d’infrastructures purement touristiques. Jingle anecdote pour briller en société : en 1902, le premier camping ouvre sur l’Île de Man en Angleterre. Il s’agit du Cunningham’s Camp.

Quoiqu’il en soit et même si ça devait sans doute avoir un petit côté aventurier de voyager en ces temps-là, j’suis plutôt contente des progrès réalisés…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.