Il y a eu l’exode, les maladies, les guerres… : des dizaines de raisons expliquent l’abandon de centaines de villages et hameaux en France. Comme j’aime bien l’Histoire et que je suis un peu curieuse, j’ai cherché à en savoir un peu plus sur certains d’entre eux.

#1 – Oradour-sur-Glane (Limousin)

C’est sans doute le village abandonné de France le plus connu de tous. Situé dans le Limousin, son nom est associé au massacre perpétré par la 2e division SS Das Reich. Durant la Seconde Guerre Mondiale, la quasi-totalité de la population du village y a été exécutée. Seules 5 personnes ont survécu. Les ruines du village ont été conservées en l’état : on peut donc visiter le lieu tel qu’il a été abandonné. Le nouveau village d’Oradour-sur-Glane a été construit à côté du site du massacre. Les visites du village martyr sont possibles toute l’année. Le Centre de la Mémoire est quant à lui fermé pendant les congés de Noël chaque année.

Oradour-sur-Glane
Oradour-sur-Glane

#2 – La Cité Blanche (Ardèche)

Véritable petite ville dans la ville, la Cité Blanche a été construite vers 1880 au sud de Montélimar. Il s’agit en fait d’une cité ouvrière qui a accueilli plusieurs milliers de travailleurs des usines Lafarge. Deux écoles, un hôpital, une maternité, une chapelle, des boutiques et lieux de loisirs : voilà l’image de la Cité Blanche à son apogée. Et puis les machines ont commencé à remplacer l’Homme et la ville s’est vidée de ses habitants… Des circuits sont organisés par l’Office du tourisme et le Centre International Construction et Patrimoine de Viviers pour découvrir l’ancienne cité ouvrière.

cite-blanche-rendala
Cité Blanche – Rendala

#3 – Périllos (Pyrénées orientales)

Dans les collines des Corbières, situées dans les Pyrénées orientales, le village de Perillos domine les vallées et les vignobles. Pourtant, la peste et les guerres ont marqué la vie de ce petit hameau qui a été déserté par son dernier habitant (un berger) en 1970. Depuis, les petites ruelles sont restées vides et seuls quelques vestiges subsistent. Le hameau et ses terres ont été rattachés au village voisin d’Opoul, devenant ainsi la commune d’Opoul-Périllos, aujourd’hui habitée par quelques centaines de personnes.

Perillos-clostidrium
Perillos – Clostidrium

#4 – Le Poil (Alpes-de-Haute-Provence)

Le Poil était un petit village habité jusqu’au milieu du 19e siècle par quelques 300 personnes. Puis l’exode rural s’est fait massif : en 1901 on comptait 209 habitants et en 1926 ils n’étaient plus que 85. Le dernier habitant du Poil semble avoir quitté le village vers 1970, à la même période que Périllos. On peut aujourd’hui visiter le village après une petite randonnée, et y admirer certaines de ses maisons qui ont été retapées par quelques passionnés.

poil-jean-flaven
Le Poil – Jean Flaven

#5 – Trévans (Alpes de Haute-Provence)

Trévans était habité depuis le 13e siècle au moins, époque de construction de l’abbaye Saint-André-du-Désert. Mais aujourd’hui, et après avoir été attaqué à de multiples reprises pendant les guerres de religion, le village de Trévans est à l’abandon. Perché à flanc de colline, il offre une superbe vue sur les vallons alentours.

trevans_13-dignoisfr
Trévans – Dignois.fr

Bonus – Viel Audon (Ardèche)

Il arrive aussi que certains villages abandonnés reprennent vie ! C’est le cas du Viel Audon, un village ardéchois vidé de ses habitants au 19e siècle. Mais depuis 20 ans, une association s’évertue à reconstruire les ruines de ce hameau qui peu à peu revit. Pour le découvrir ou participer à cette aventure, vous trouverez plus d’informations sur le site de l’association qui s’occupe de la restauration.

viel-audon-bastmag
Viel Audon – Bastamag

16 thoughts on “5 villages abandonnés en France”

  1. Je connais Oradour-sur-Glane et il est vrai que les ruines de ce village sont assez… saisissantes… Par contre, j’ignorais qu’il y avait un village abandonné tout près de chez moi, dans les P.O. Je note d’y faire un saut un de ces 4…

    1. Ca m’a étonnée de trouver autant de villages abandonnés dans le sud de la France… on pourrait en faire un top 100 ! Surtout dans les zones un peu montagneuses. Tu me raconteras pour Périllos 🙂

  2. Bonjour, Je connais assez bien le Var pour y être né. Je n’ai jamais entendu parlé du village « Poil » que vous décrivez. N’y aurait-il pas une erreur de département ou de toponymie ? Je connais par contre un village abandonné où les personnes ont été expulsées par l’armée. La commune a d’ailleurs disparue, c’était « Brovès » qui et devenue partie intégrante du camp militaire de Canjuers. Bonne journée. Félip.

    1. Bonjour, Je ne connaissais pas l’histoire de Brovès, qui m’a l’air hyper intéressante ! Concernant le Poil, il ne subsiste de ce village que quelques murs, mais il n’existe plus sur les cartes… C’est sans doute pour cela que vous n’en avez pas entendu parler. Voici une petite vidéo du village réalisée par quelqu’un sur Youtube (elle est assez intéressante) :


      Bonne journée

  3. quelqu’un saurait me renseigner sur la manière de me joindre à des volontaires pour retaper un village et m’y installer ? merci de me répondre si vous avez une piste

    1. Effectivement vous avez raison de le préciser, il s’agit de Balazuc – dont fait partie le hameau du Viel Audon qui se situe en face !

  4. Et si nos villages abandonnés étaient bénévolement rebâtis pour devenir des villes refuges pour les immigrés ? Ils ont déjà l’eau et l’électricité, reste la restauration et l’entr’aide pour les équiper…..?
    Ama

    1. C’est bien entendu ce qui vient à l’esprit. des zones rurales dépeuplées, une population vieillissante, quelle aubaine ces réfugiés qui se pressent aux portes de l’Europe. Et pourtant…

  5. Bonjour à toutes et à tous,
    j’adhère totalement à ce mode de vie, il n’y a encore pas si longtemps, je me disais « plaque tout, enfin tout c’est un grand mot car je n’ai pas grand chose, et part vivre simplement au bout du monde »
    Et puis dans ma réflexion j’en suis arrivé à « mais pourquoi au bout du monde ??? »
    Alors je cherche et trouve les exemples de Uli Alto et Lakabe qui correspondent à mes attentes mais là je m’interroge à nouveau, pourquoi aller s’exiler, « se cacher » dans les Pyrénées coté espagnol ?
    N’y a t il pas possibilité de faire exactement la même chose sur les mêmes principes en France ?
    N’y a t il pas assez de villages abandonnés, de hameaux fantômes pour pouvoir réaliser cela ?
    Vous est il possible de m’éclairer, voire de combler les lacunes de mon ignorance ?
    Namaste.

  6. Bonjour,

    En ce qui concerne le village du « Poil » dans le 04… j’y suis allé très souvent et j’y ai même dormi dans un gîte très rustique et champêtre où il suffit de laisser 5 euros sous la porte de l’occupant de l’ancienne école communale qui s’appelle Serge si mes souvenirs sont exacts mais qui ne réside pas (ou plus) à l’année…le mieux c’est d’aller à Majastres ( 8 habitants) par la route, se garer et monter au Poil à pied…c’est magique et je vais encore y retourner très prochainement…les paysages sont époustouflants et j’ai acheté un livre qui a été écrit par un des derniers habitants du Poil et qui retrace les conditions très rudes d’existence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.