Aujourd’hui c’est un billet un peu particulier que je vous propose sur le blog. J’ai l’habitude de vous parler de mes voyages aux Etats-Unis, en Europe… Pour une fois je ne vais pas parler tourisme, mais déforestation en Roumanie. Et pousser un coup de gueule contre les Autrichiens de Schweighofer et toutes les sociétés qui se servent dans l’une des dernières forêts vierges d’Europe.

La Roumanie compte la plus grande surface de forêt vierge en Europe. Une forêt vierge, c’est une forêt où l’humain n’a pas laissé sa trace et on estime (l’ONU, pas moi) que seuls 36% des espaces forestiers dans le monde sont des forêts vierges. En Roumanie, c’est principalement grâce à l’inaccessibilité de ces zones que les forêts primaires ont pu être préservées. On appelle même la Roumanie « le poumon de l’Europe ». Autrefois, on estimait que 80% de la Roumanie était recouverte de forêts. Aujourd’hui, on en est à moins de 30%.

Village de montagne Lepsa Roumanie

Depuis quelques dizaines d’années, des camions s’enfoncent de plus en plus loin dans les espaces préservés pour arracher les arbres et les emmener à l’autre bout de l’Europe. Schweighofer, société autrichienne qui détruit la forêt roumaine, est la principale accusée avec à son compteur des dizaines de milliers d’hectares rasés, et 444 millions de chiffre d’affaires en Roumanie, rien qu’en 2015. Ils s’en sont mis plein les fouilles les Autrichiens.

Attaqués par plusieurs ONG, certains des clients de Schweighofer ont décidé d’arrêter de collaborer avec la société : Brico Dépôt en France, et Hornbach en Allemagne. C’est un petit pas mais un pas quand même vers une prise de conscience collective de l’importance de ces espaces vierges.

De bonnes nouvelles tout de même…

En juillet dernier, les forêts de hêtre de Roumanie sont entrées au patrimoine mondial de l’Unesco. Plus de 20 000 hectares sont désormais protégés, et ça c’est une plutôt bonne nouvelle. Les amendes sont aussi de plus en plus nombreuses à tomber sur les sociétés qui pillent les forêts, comme si l’Etat roumain avait enfin pris conscience de leur valeur. C’est vrai que le béton et la poussière, pour attirer les touristes, c’est moyen.

L’autre truc qui me rend particulièrement heureuse, c’est que nos amis de Schweighofer ont enfin vu se faire retirer leur certification garantissant une gestion durable du bois.

Sur la route Roumanie

Et je voulais aussi profiter de cet article pour vous parler de Volod Hendrix, un collectif de réalisateurs qui est allé filmer ces forêts roumaines de près, et ce qu’il s’y passe. Un documentaire est en cours de préparation et devrait sortir je l’espère dans les mois qui viennent. En attendant vous pouvez découvrir la bande annonce du documentaire sur leur page Vimeo, pour vous faire une petite idée des dangers auxquels nous ferions face avec la disparition des forêts primaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.